Le 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens

Le 2e Groupe de patrouille des Rangers canadiens est responsable de la région du Nord‑du‑Québec. Ses patrouilles sont situées dans les endroits isolés et peu peuplés de la province.

La patrouille d’Akulivik

Akulivik est localisée dans la portion nordique de la baie d’Hudson et prend son nom de la géographie paysage local, une péninsule se jetant dans la baie ayant la forme d’un kakivak (un harpon trident traditionnel utilisé pour la pêche). La Compagnie de la baie d’Hudson établi un poste de traite au site d’Akulivik en 1922 et les Inuits commencèrent alors à s’établir graduellement dans les environs.

Population : 548
Rangers canadiens : 30
Rangers juniors canadiens : 20
Location : Latitude 60° 48’ Nord - Longitude 78° 12’ Ouest

La patrouille de Kuujjuaq

Kuujjuaq, la plus importante communauté du Nunavik, se trouve sur la rive Ouest de la rivière Koksoak. La construction d’une base des Forces armées américaines (Crystal 1) en 1942, à l’endroit où se trouve le village de Kuujjuaq aujourd’hui, et l’occupation du site par l’armée américaine de 1941 à 1945 ont eu pour effet d’accélérer le développement de ce village. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont cédé la base au gouvernement canadien.

Population : 2,336
Rangers canadiens : 37
Rangers juniors canadiens : 88
Location : Latitude 58° 06’ Nord - Longitude 68° 24’ Ouest

La patrouille d’Aupaluk

Le nom du village vient de la couleur de son sol ferrugineux. En effet, Aupaluk est situé aux confins nord de la fosse du Labrador qui est riche en fer. À la fin des années 1950, il y a eu quelques activités d’exploitation minière dans la région. Aupaluk est le premier village de l'Arctique canadien entièrement conçu par les Inuit.

Population : 192
Rangers canadiens : 10
Rangers juniors canadiens : 18
Location : Latitude 59° 18’ Nord - Longitude 69° 36’ Ouest

La patrouille de Kuujjuarapik

Blotti dans des dunes dorées, Kuujjuarapik se trouve à l’embouchure de la Grande rivière de la Baleine. Kuujjuarapik est le village du Nunavik le plus au sud. C'est un village tout à fait unique, car il est habité par deux communautés, celle des Inuits (Kuujjuarapik) et celle des Cris (Whapmagoostui). Les ancêtres des Inuits aussi bien que des Cris occupaient la région il y a environ 2800 ans.

Population : 603
Rangers canadiens : 26 (comprend des Rangers de la communauté de Whapmagoostui)
Rangers juniors canadiens : 11
Location : Latitude 55° 17’ Nord - Longitude 77° 45’ Ouest

La patrouille de Blanc-Sablon

Blanc-Sablon est un beau village côtier situé à seulement quelques kilomètres de la frontière du Labrador. Près du Détroit de Belle Isle, Blanc-Sablon est un des meilleurs endroits au Québec pour voir des icebergs. Blanc-Sablon, une communauté dynamique, fait le guet à la porte orientale de la Côte. Historiquement, Blanc-Sablon était un port de pêche important.

Population : 1,258
Rangers canadiens : 35 (comprend des Rangers des communautés de Lourdes-de-Blanc-Sablon et Bonne Espérance)
Rangers juniors canadiens : 46
Location : Latitude 51° 25’ Nord - Longitude 57° 08’ Ouest

La patrouille de La Romaine

La Romaine, située près de l’embouchure de la rivière Olomane, comprend une petite population de langue française et une grande réserve d’Innus qu’on appelle Unamen Shipu. La Romaine signifie ocre rouge, ce qui fait allusion à la couleur rougeâtre des eaux de ruissellement du printemps. Aujourd’hui, plusieurs résidants travaillent dans l’industrie de la pêche au homard et dans les camps privés de pêche sportive.

Population : 976
Rangers canadiens : (les Rangers de la communauté de La Romaine font partie de la Patrouille de Natashquan)
Rangers juniors canadiens : 37
Location : Latitude 50° 13’ Nord - Longitude 60° 40’ Ouest

La patrouille de Bonne Espérance

La municipalité de Bonne Espérance comprend les trois villages de pêches de St. Paul’s River, Middle Bay et Old Fort Bay.

Rivière-Saint-Paul (pop. 468) : est située dans une baie calme protégée par un chapelet d’îles, près de l’embouchure d’une rivière reconnue mondialement pour sa pêche au saumon dont elle tire son nom. Le village est l’une des installations les plus anciennes de la Côte. La rivière était autrefois appelée rivière aux Esquimaux, en raison des Inuits qui vivaient près de son embouchure.

Middle Bay (pop. 52) : Le minuscule village de Middle Bay a une histoire qui suscite la curiosité. Les pêcheurs basques des Pyrénées, chaîne de montagne entre la France et l’Espagne, traversent l’océan Atlantique pour pêcher la morue et harponner les baleines dans le détroit de Belle Isle au cours du XVIe siècle. À Middle Bay, ils érigent au bord de la mer des abris et des hangars pour transformer la graisse de baleine en huile qui sert à éclairer presque toute l’Europe.

Old Fort Bay (pop. 347) : L’extension de la route 138 à l’est commence à Baie du Vieux-Fort. La communauté est riche d’une longue histoire intrigante et de traditions culturelles vivantes. Protégée par les îles situées au large et les collines pentues environnantes, Vieux-Fort représentait le port idéal pour les premières flottes de pêche européennes. Jacques Cartier érige une croix à l’ouest de Vieux-Fort à Baie des Rochers au cours de son premier voyage en Amérique du Nord, en 1534. Au XVIIe siècle, Vieux-Fort semble avoir été le site d’une grande bataille entre les Inuits et les Innus. Le village tient probablement son nom d’un fort qui aurait été construit dans le voisinage par Augustin Le Gardeur de Courtemanche, qui avait obtenu tous les droits de pêche et de traite en 1702.

Population : 867
Rangers canadiens : (les Rangers de la municipalité de Bonne Espérance font partie de la Patrouille de Blanc-Sablon)
Rangers juniors canadiens : 35
Location : Latitude 51° 23’ Nord - Longitude 57° 40’ Ouest

La patrouille de Mingan

La communauté de Mingan borde le fleuve Saint-Laurent à 200 kilomètres à l’est de Sept-Îles et à 28 kilomètres à l’ouest de Havre-Saint-Pierre. Elle couvre une superficie de 18,13 km2 et est accessible par la route 138. La population a moins de 35 ans dans une proportion de 67 %. Sur le plan économique, la communauté travaille à la mise en valeur du secteur de la pêche commerciale.

Population : 421
Rangers canadiens : (les Rangers de la communauté de Mingan font partie de la Patrouille de Hâvre St-Pierre)
Rangers juniors canadiens : 24
Location : Latitude 50° 18’ Nord - Longitude 64° 02’ Ouest

La patrouille de Chevery

Chevery est le plus jeune village de la Basse-Côte-Nord. Chevery est blotti dans une baie de sable près de l’embouchure de l’assourdissante rivière Netagamiou. Le village offre une admirable vue sur le golfe St-Laurent. Sa localisation entre la rivière Netagamiou et la rivière à la Croix est idéale pour les activités de plein air, de chasse et de pêche.

Population : 350
Rangers canadiens : (les Rangers de la communauté de Chevery font partie de la Patrouille de Harrington Harbour)
Rangers juniors canadiens : 10
Location : Latitude 50° 28’ Nord - Longitude 59° 36’ Ouest

La patrouille de Natashquan

Natashquan est située sur les rives du golfe du Saint-Laurent, la réserve se trouve à 376 kilomètres à l’est de Sept-Îles et couvre une superficie de 20,63 hectares. La population a moins de 35 ans dans une proportion de 74 %. Ses principales activités économiques sont liées à la pourvoirie, à la pêche commerciale et à la construction.

Population : 1,764
Rangers canadiens : 31 (comprend des Rangers de Aguanish, La Romaine et Pointe Parent)
Rangers juniors canadiens : 33
Location : Latitude 50° 11’ Nord - Longitude 61° 49’ Ouest

La patrouille de Chisasibi

Chisasibi, dont le nom signifie «Grande Rivière» en cri, est une collectivité dynamique jeune qui n'a cessé de croître depuis son déménagement de l'île de Fort George en 1980-81. La population comprend environ 3.800 Cris, environ 150 Inuits et 300 non-autochtones qui ont décidé de faire l'expérience de vie et de travail dans le nord. Situé à l'extrémité de la route de la Baie-James, Chisasibi est la dernière des communautés cries d'Eeyou Istchee qui est accessible par la route.

Population : 4,250
Rangers canadiens : 35
Rangers juniors canadiens : 37
Location : Latitude 53° 12' Nord - Longitude 78° 46' Ouest

La patrouille de Puvirnituq

Il y a deux explications au curieux nom donné au village Puvirnituq. D’abord, on raconte qu’il y a très longtemps, quand les caribous auraient tenté de traverser la rivière lors de leur migration, bon nombre d’entre eux se seraient noyés. Leurs carcasses, échouées sur la rive, se seraient décomposées, d’où l’odeur nauséabonde. L’autre explication veut qu’une épidémie emporta tous les habitants de cet endroit, ne laissant aucun survivant pour enterrer les morts. Quand les corps ont commencé à se décomposer, ils auraient vicié l’air.

Population : 1,532
Rangers canadiens : 32
Rangers juniors canadiens : 67
Location : Latitude 60° 02’ Nord - Longitude 77° 17’ Ouest

La patrouille d’Eastmain

Eastmain Eastmain est située sur la côte orientale de la baie James, sur la rive sud de la rivière Eastmain. Elle est le siège régional des trappeurs Cris, dont le rôle est de soutenir tous les trappeurs cris locaux en maintenant les pratiques de leurs activités traditionnelles. Le poste d'Eastmain fut le seul établissement de traite de la côte est durant une bonne partie du 18e siècle.

Population : 711
Rangers canadiens : 14
Rangers juniors canadiens : 10
Location : Latitude 52° 11’ Nord - Longitude 78° 10’ Ouest

La patrouille de Quaqtaq

Le village de Quaqtaq est situé sur la rive Est de la Baie Diana. Jusqu’au début des années 1930, l’endroit était connu sous le nom de Nuvukutaaq (la longue pointe). Toutefois, selon les histoires que l’on raconte encore aujourd’hui, un homme serait un jour venu dans la région pour chasser le béluga et aurait trouvé des parasites vivants dans ses selles. Ses compagnons de chasse auraient alors donné le nom de Quaqtaq (ver intestinal) à l’endroit et l’utilisation de cette nouvelle appellation se serait rapidement répandue.

Population : 333
Rangers canadiens : 22
Rangers juniors canadiens : 10
Location : Latitude 61° 02’ Nord - Longitude 69° 38’ Ouest

La patrouille de Harrington Harbour

Figurant à juste titre parmi les trente plus beaux villages du Québec, Harrington Harbour ressemble à un petit port de pêche traditionnel de Terre-Neuve. Un trottoir caractéristique fait de planches de bois traverse la communauté et se prolonge au-delà des pittoresques maisons de bois.

Population : 900
Rangers canadiens : 27 (comprend des Rangers des communautés de Chevery et Tête à la Balaine)
Rangers juniors canadiens : 25
Location : Latitude 50° 30’ Nord - Longitude 59° 28’ Ouest

La patrouille de Salluit

Le village de Salluit se cache au creux de l’étroit fjord de Salluit, à 10 km du Détroit d’Hudson, entouré de hautes montagnes dentelées s’élevant à presque 500 m. Le nom donné à ce village fait référence à une légende selon laquelle, il y a très longtemps, on aurait dit à des Inuits qu’ils trouveraient dans la région une faune abondante. Or, une fois arrivés sur les lieux, ils n’auraient trouvé presque rien à manger et auraient souffert de famine.

Population : 1,364
Rangers canadiens : 20
Rangers juniors canadiens : 18
Location : Latitude 62° 12’ Nord - Longitude 75° 38’ Ouest

La patrouille de Havre-Saint-Pierre

Havre-Saint-Pierre a ainsi été désignée en l'honneur du patron des pêcheurs, Saint Pierre. Au milieu du XXe siècle, une nouvelle industrie s'est développée lorsque des mines de titane ont été découvertes à 45 km au nord de la ville. Cette industrie a pris beaucoup d'expansion et l'exploitation du titane est aujourd'hui l'activité économique principale de Havre-Saint-Pierre.

Population : 3,634
Rangers canadiens : 36 (comprend des Rangers de la communauté de Mingan)
Rangers juniors canadiens : 17
Location : Latitude 50° 14’ Nord - Longitude 63° 36’ Ouest

La patrouille de Schefferville

La ville de Schefferville est née en 1947, quand les premières installations permanentes de prospection y sont construites. En 1982, la Compagnie I.O.C. cesse ses activités à Schefferville. À la suite de cette décision, presque tous les citoyens de la ville sont partis. Schefferville rappelle le souvenir de Mgr Lionel Scheffer, vicaire apostolique du golfe (1945-1966).

Population : 207
Rangers canadiens : 25 (comprend des Rangers des communautés de Kawawachikamach et Matimekosh)
Rangers juniors canadiens : 9
Location : Latitude 55° 10’ Nord - Longitude 66° 52’ Ouest

La patrouille d’Îles de la Madeleine

L'archipel des Îles de la Madeleine est situé au coeur du golfe du Saint-Laurent, plus exactement à 215 km de la péninsule gaspésienne, à 105 km de l'Île-du-Prince-Édouard et à 95 km de l'île du Cap-Breton. L'ensemble des îles forme un croissant allongé sur une distance de 65 km orienté sud-ouest/nord-est, à une latitude comparable à celle de La Malbaie (Charlevoix) ou de La Tuque (Mauricie). Les Madelinots vivent à l'heure de l'Atlantique, soit une heure de décalage avec le Québec continental (une heure plus tard). L'archipel des Îles de la Madeleine comprend une douzaine d'îles, dont six sont reliées entre elles par d'étroites dunes de sable.

Population : 14,000
Rangers canadiens : 29
Rangers juniors canadiens : 0
Location : Latitude 47° 23' Nord - Longitude 61° 52' Ouest

La patrouille de St-Augustin

St-Augustin, l’un des plus grands villages de la Basse-Côte-Nord, est situé sur la rive est de la rivière Saint-Augustin, juste en face de Pakua Shipi, une communauté innue. Étalé sur les collines ondulantes, le village est particulièrement frappant avec les superbes berges sablonneuses de la rivière Saint-Augustin au premier plan.

Population : 1,362
Rangers canadiens : 26 (comprend des Rangers de La Tabatière et Mutton Bay)
Rangers juniors canadiens : 30
Location : Latitude 51° 13’ Nord - Longitude 58° 39’ Ouest

La patrouille d’Inukjuak

Inukjuak se trouve sur la rive Nord de la rivière Innuksuak, rivière reconnue pour ses eaux turquoise et ses rapides turbulents. Un bureau de poste et un poste de police de la Gendarmerie royale du Canada ont été ouverts en 1935, un poste de soins infirmiers en 1947 et une école en 1951. En 1962, la coopérative a ouvert ses portes et, en 1980, Inukjuak était légalement constituée en municipalité.

Population : 1,735
Rangers canadiens : 28
Rangers juniors canadiens : 37
Location : Latitude 58° 27’ Nord - Longitude 78° 06’ Ouest

La patrouille de Tabatière

L’appellation Tabatière vient du mot amérindien tabaquen, qui signifie sorcier. Les Innus qui commerçaient avec les colons de La Tabatière consultaient habituellement un sorcier-voyant avant de partir pour une expédition de chasse. L’usine de transformation du poisson de la communauté est la plus importante de la Côte; on y traite le crabe, le pétoncle et la crevette.

Population : 499
Rangers canadiens : (les Rangers de la communauté de La Tabatière font partie de la Patrouille de St-Augustin)
Rangers juniors canadiens : 33
Location : Latitude 50° 49’ Nord - Longitude 58° 57’ Ouest

La patrouille d’Ivujivik

Situé à environ 2000 km au Nord de Montréal, Ivujivik est le village le plus septentrional du Québec. Il est niché au fond d’une petite anse sablonneuse et entouré de falaises imposantes qui plongent dans les eaux tourmentées de la passe Digges, à l’endroit où les forts courants de la Baie d’Hudson et du Détroit d’Hudson se rencontrent.

Population : 370
Rangers canadiens : 19
Rangers juniors canadiens : 19
Location : Latitude 62° 25’ Nord - Longitude 77° 55’ Ouest

La patrouille de Tasiujaq

L’appellation Tasiujaq, laquelle signifie « qui ressemble à un lac », désigne en fait tout le bassin formé par le lac, le passage et la baie aux Feuilles. Le bassin aux Feuilles est reconnu pour ses marées exceptionnelles qui excèdent régulièrement les 15 mètres (le record du monde).

Population : 256
Rangers canadiens : 24
Rangers juniors canadiens : 24
Location : Latitude 58° 42’ Nord - Longitude 69° 56’ Ouest

La patrouille de Kangiqsualujjuaq

La construction du village a débuté en 1962 et, quelques années plus tard, tous les habitants de George River vivaient dans des maisons préfabriquées. En 1963, une école, un magasin coopératif et des édifices gouvernementaux ont ouvert leurs portes. C’est en 1980 que Kangiqsualujjuaq a légalement été constitué en municipalité.

Population : 767
Rangers canadiens : 27
Rangers juniors canadiens : 37
Location : Latitude 58° 41’ Nord - Longitude 65° 57’ Ouest

La patrouille d’Umiujaq

Situé à environ 160 km au nord de Kuujjuarapik, Umiujaq a été inauguré en 1986. Compte tenu du complexe hydroélectrique La Grande et advenant la réalisation du projet Grande-Baleine, les Inuits ont demandé qu'une clause de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois signée en 1975 prévoit le déplacement des Inuits de Kuujjuarapik vers le lac Guillaume-Delisle.

Population : 441
Rangers canadiens : 24
Rangers juniors canadiens : 24
Location : Latitude 56° 33’ Nord - Longitude 76° 33’ Ouest

La patrouille de Kangiqsujuaq

Kangiqsujuaq est situé au nord de la zone de plissements de Cape Smith, une région riche en minerais. Le nom de Wakeham Bay a d’abord été donné à l’endroit en l’honneur du capitaine William Wakeham, qui, en 1897, a mené une expédition pour déterminer la navigabilité du détroit d’Hudson. En 1961, le village est renommé Sainte-Anne-de-Maricourt jusqu'à ce qu’il soit légalement constitué en municipalité et qu’il reçoive officiellement le nom inuktitut de Kangiqsujuaq.

Population : 634
Rangers canadiens : 28
Rangers juniors canadiens : 23
Location : Latitude 61° 35’ Nord - Longitude 71° 57’ Ouest

La patrouille de Waskaganish

Waskaganish est parfois considéré comme le plus ancien village cri. C’est là que les Cris se rassemblaient pour commercer avec les Européens lorsque la Compagnie de la Baie d'Hudson y établit son premier poste de traite, le Fort Charles, en 1670. Le nom Waskaganish, qui signifie « petite maison », date du 18e siècle, au moment où le poste de traite de la Compagnie de la Baie d'Hudson situé à cet endroit était un avant-poste de l'établissement plus important d'Eastmain.

Population : 2,010
Rangers canadiens : 26
Rangers juniors canadiens : 17
Location : Latitude 51° 12’ Nord - Longitude 78° 46’ Ouest

La patrouille de Kangirsuk

Kangirsuk signifie la baie en inuktitut. C'est en 1981 que Kangirsuk a été constitué en municipalité. Non loin du village, dans l’île Pamiok, se trouvent les fondations de pierre d’une longue maison, qui, selon certains archéologues, seraient des vestiges des Vikings qui auraient vraisemblablement séjournés dans la région au XIe siècle.

Population : 489
Rangers canadiens : 22
Rangers juniors canadiens : 11
Location : Latitude 60° 01’ Nord - Longitude 70° 01’ Ouest

La patrouille de Wemindji

À l’embouchure de la rivière Maquatua se dessine Wemindji - les montagnes peintes. Ce nom provient de l’ocre trouvé dans les collines et qu’on mélangeait à la graisse pour faire de la peinture. Paint Hills, Old factory ou Vieux-Comptoir sont autant de noms désignant cette communauté autrefois établie sur une île de la rivière du Vieux-Comptoir. En 1959, le village a été déplacé vers la côte, les conditions y étant plus favorables.

Population : 1,356
Rangers canadiens : 29
Rangers juniors canadiens : 20
Location : Latitude 52° 55’ Nord - Longitude 78° 47’ Ouest

La patrouille de Kawawachikamach

La réserve de Kawawachikamach est située à 15 kilomètres au nord-est de Schefferville, près du lac Matemace. Kawawachikamach est un mot amérindien signifiant «lac venteux» ou «rivière sinueuse se transformant en un grand lac». La Bande Naskapi de Kawawachikamach compte environ 680 membres dont la plupart habitent le village de Kawawachikamach.

Population : 849
Rangers canadiens : (les Rangers de la communauté de Kawawachikamach font partie de la Patrouille de Schefferville)
Rangers juniors canadiens : 53
Location : Latitude 55° 10’ Nord - Longitude 66° 52’ Ouest

La patrouille de Whapmagoostui

Whapmagoostui (« rivière du beluga ») est le plus nordique des villages cris du Québec. Il est situé à l'embouchure de la Grande rivière de la Baleine, tributaire de la Baie d'Hudson Bay. Whapmagoostui demeure la seule communauté crie sans voie d'accès terrestre. Traditionnellement, les Cris du nord se rendaient aux embouchures de la Grande et de la Petite rivière de la Baleine durant l'été pour y chasser le béluga, commercer et socialiser.

Population : 720
Rangers canadiens : 0
Rangers juniors canadiens : 18
Location : Latitude 55° 15’ Nord - Longitude 77° 45’ Ouest

Date de modification :