Le 3e Groupe de patrouille des Rangers canadiens

Le 3e Groupe de patrouille des Rangers canadiens est responsable de la région du Nord de l’Ontario. Ses patrouilles sont situées dans les endroits isolés et peu peuplés de la province.

Ces derniers doivent, entre autres, faire des patrouilles de surveillance, participer à des opérations nationales et soutenir le Groupe-compagnie d’intervention dans l’Arctique. Les membres du 3e groupe de patrouille des Rangers canadiens effectuent régulièrement des activités d’entraînement en premiers soins, recherche et sauvetage au sol, leadership, navigation et armement.

La patrouille d’Attawapiskat

La Patrouille des Rangers canadiens d’Attawapiskat a été mise sur pied en 1998 et compte actuellement 20 membres.

Une population de 1 300 habitants demeure à Attawapiskat, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. Le village est situé par 52° 55' 5" de latitude nord et 82° 24' 00" de longitude ouest, soit 7 km à l’ouest de la baie James, sur les rives de la rivière Attawapiskat.

La communauté mushkego ou cri Omushkego de la baie James demeure à Attawapiskat. L’emplacement du village est un lieu de rassemblement pour les autochtones de la région depuis des siècles. Il s’agissait à l’origine d’un camp visité au printemps et en été afin de profiter d’une zone de pêche idéale sur l’une des principales rivières qui sillonnent les côtes de la baie James. Pendant la majeure partie de l’année, Attawapiskat est accessible principalement par avion. En hiver, une « route d’hiver » relie la communauté aux autres villages de la côte de la baie James.

La patrouille de Mishkeegogamang

La Patrouille des Rangers canadiens de Mishkeegogamang a été mise sur pied en 2003 et compte actuellement 13 membres.

Une population de 1 500 habitants réside à Mishkeegogamang, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. Cette communauté de la Première Nation ojibway se situe par 51° 03' 54" de latitude nord et 90° 16' 23" de longitude ouest, soit environ 50 km au sud de Pickle Lake (Ontario), près de la route 599.

Mishkeegogamang est constituée de diverses communautés situées à plusieurs kilomètres les unes des autres. La réserve principale abrite les sous-collectivités de Bottle Hill, Popla Heights et Sandy Road. Une petite communauté juste au nord, appelée Ten Houses, fait également partie de la réserve. Mishkeegogamang est l’une des deux seules communautés de la zone d’opération du 3 GPRC ayant un accès routier permanent. 

La patrouille de Bearskin

La Patrouille des Rangers canadiens de Bearskin Lake a été mise sur pied en 1994 et compte actuellement 24 membres.

Une population de 425 habitants demeure à Bearskin Lake, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. Cette communauté de la Première Nation oji-cri se trouve à 425 km au nord de Sioux Lookout (Ontario) et se situe par 53° 54' 58" de latitude nord et 90° 58' 19" de longitude ouest. Le peuple de la Première nation de Bearskin Lake est établi dans trois villages. À l’origine, la majorité de la communauté habitait aux abords du lac Bearskin. Au cours des années 1930, elle s’est installée en bordure du lac Michikan et y est demeurée jusqu’à ce jour. Le village principal est accessible uniquement par voie aérienne à l’exception des mois de janvier à mars. Une route d’hiver permet alors d’accéder au réseau routier du Nord de l’Ontario. Le village principal se situe sur la rive ouest du lac. Des routes de graviers relient les trois villages.

La patrouille de Moose Factory

La Patrouille des Rangers canadiens de Moose Factory a été mise sur pied en 1994 et compte actuellement 30 membres.

Une population de 2 400 habitants réside à Moose Factory, dans le district de Cochrane du Nord de l’Ontario. La région se situe par 51° 26' 03" de latitude nord et 80° 59' 73" de longitude ouest, soit 20 km à l’ouest de l’extrémité sud-ouest de la baie James.

Moose Factory est une communauté mushkego ou cri Omushkego de la baie James. Il s’agissait à l’origine d’un poste de traite des fourrures établi par la Compagnie de la Baie d’Hudson à la fin des années 1670.

Moose Factory est une île sise dans la rivière Moose faisant face au village de Moosonee (Ontario). Pour se rendre sur l’île, quelle que soit la période de l’année, il faut prendre le train à partir de Cochrane (Ontario) jusqu’à Moosonee, puis prendre l’avion. Bon nombre des membres de la communauté perpétuent les traditions de chasse et pêche.

La patrouille de Constance Lake

La Patrouille des Rangers canadiens de Constance Lake a été mise sur pied en 1995 et compte actuellement 25 membres.

Une population de 700 habitants demeure à Constance Lake, dans le district Cochrane du Nord de l’Ontario. Cette communauté oji-crie se trouve à 35 km à l’ouest de Hearst (Ontario), juste au nord de la route 11, et elle se situe par 49° 48' 43" de latitude nord et 87° 07' 44" de longitude ouest.

La communauté progressiste et active de Constance Lake encourage, appuie et favorise le développement d’entreprises, la création d’emploi et le développement économique dans la région. Constance Lake est accessible par voie terrestre en tout temps. Les terres de la réserve de Constance Lake s’étendent sur une superficie de 7 686 acres. La région regorge d’orignaux, de lièvres, de castors, de rats musqués et de visons. On trouve également plusieurs espèces de poissons dans les rivières environnantes.

La patrouille de Muskrat Dam

La Patrouille des Rangers canadiens de Muskrat Dam a été mise sur pied en 2002 et compte actuellement 20 membres.

Une population de 385 habitants réside à Muskrat Dam, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. La région se situe par 53° 21' 43" de latitude de nord et 91° 50' 49" de longitude ouest, soit 400 km au nord de Thunder Bay (Ontario).

Muskrat Dam est une communauté de la Première Nation oji-cri établie dans la région depuis des siècles. La collectivité se débrouille très bien, exploitant une scierie dont elle est propriétaire.

La région est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois durant la saison froide. De la fin janvier à la fin mars, une « route d’hiver » relie la communauté au réseau routier du Nord de l’Ontario.

La patrouille d’Eabametoong

La Patrouille des Rangers canadiens d’Eabametoong a été mise sur pied en 2009 et compte actuellement 32 membres.

Eabametoong est une communauté de la Première Nation ojibway de 1 300 habitants se trouvant dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. Elle se situe par 51° 33' 43" de latitude nord et 87° 54' 28" de longitude ouest, en bordure de Eabamet Lake qui est relié à la rivière Albany.

La communauté se trouve à environ 240 km au nord de Beardmore et elle est accessible par voies terrestre, aérienne et maritime. Eabametoong a pris vie lorsque la Compagnie de la Baie d’Hudson a établi un poste de traite des fourrures à Eabamet Lake en 1890. Fort Hope a été fondée en 1905 lors de la signature du traité. La nouvelle communauté d’Eabametoong a vu le jour en 1982; le nom officiel d’Eabametoong First Nation a été adopté en 1985.

La patrouille de Neskantaga

La Patrouille des Rangers canadiens de Neskantaga a été mise sur pied en 2003 et compte actuellement 21 membres.

Une population de 320 habitants réside à Neskantaga, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. La région se situe par 52° 19' 29" de latitude nord et 88° 02' 10" de longitude ouest, soit 560 km au nord de Thunder Bay (Ontario).

Neskantaga est une communauté de la Première Nation ojibway. Les membres de la communauté perpétuent la tradition en vivant des produits de la terre. Bon nombre se nourrissent encore régulièrement de gibier tel que l’orignal, le caribou et le lièvre.

Neskantaga est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois durant la saison froide. De la fin janvier à la fin mars, une « route d’hiver » relie la communauté au réseau routier du Nord de l’Ontario. 

La patrouille de Fort Albany

La Patrouille des Rangers canadiens de Fort Albany a été mise sur pied en 1998 et compte actuellement 33 membres.

Fort Albany est une communauté des Premières Nations de 900 habitants se trouvant dans le district de Cochrane du Nord de l’Ontario. Elle se situe par 52° 15' 04" de latitude nord et 81° 30' 04" de longitude ouest, soit 10 km à l’ouest de la baie James, sur la rive sud de la rivière Albany.

Fort Albany est une communauté mushkego ou crie omushkego de la baie James. L’ancien village de Fort Albany, situé à 5 km à l’est du nouvel emplacement, a été fondé en 1670. Il s’agissait d’un poste de traite des fourrures de la Compagnie de la Baie d’Hudson. La région de Fort Albany est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois. Durant la saison froide, une « route d’hiver » relie la communauté aux autres villages de la côte de la baie James.

La patrouille de Peawanuck

La Patrouille des Rangers canadiens de Peawanuck a été mise sur pied en 1994 et compte actuellement 12 membres.

Une population de 200 habitants réside à Peawanuck, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. La région se situe par 55° 00' 30" de latitude nord et 85° 25' 20" de longitude ouest, soit 35 km en amont de la baie d’Hudson, sur les rives de la rivière Winisk.

Peawanuck est une communauté de la Première Nation cri. Les habitants du village perpétuent les traditions de leurs ancêtres chasseurs-cueilleurs en vivant des produits de la terre. Bon nombre se nourrissent encore régulièrement de gibier.

Peawanuck est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois durant la saison froide. De la fin janvier à la fin mars, une « route d’hiver » relie la communauté à Fort Severn (Ontario) et au Manitoba.

La patrouille de Fort Severn

La Patrouille des Rangers canadiens de Fort Severn a été mise sur pied en 1998 et compte actuellement 27 membres.

Une population de 400 habitants demeure à Fort Severn, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. Il s’agit de la communauté vivant le plus au nord de la province. Fort Severn se situe par 56° 00' 37" de latitude nord et 87° 34' 07" de longitude ouest, soit 8 km au sud de la baie d’Hudson, aux abords de la rivière Severn.

Fort Severn a été fondée en 1689 par la Compagnie de la Baie d’Hudson. À l’origine, la réserve avait été établie dans la région de Rocksand, à la jonction des rivières Severn et Sachigo. En 1973, elle a déménagé à son emplacement actuel. La région de Fort Severn est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois. Durant la saison froide, une « route d’hiver » relie la communauté à Shamattawa (Manitoba), au sud-ouest, et à Peawanuck (Ontario), au sud-est.  

La patrouille de Sachigo Lake

La Patrouille des Rangers canadiens de Sachigo Lake a été mise sur pied en 1994 et compte actuellement 25 membres.

Une population de 450 habitants réside à Sachigo Lake, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. La région se situe par 53° 53' 38" de latitude nord et 92° 09' 43" de longitude ouest, soit environ 425 km au nord de Sioux Lookout (Ontario).

Sachigo Lake est une communauté oji-cri. Les habitants du village perpétuent les traditions de leurs ancêtres chasseurs-cueilleurs en vivant des produits de la terre. Bon nombre se nourrissent encore régulièrement de gibier.

Sachigo Lake est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois durant la saison froide. De la fin janvier à la fin mars, une « route d’hiver » relie la communauté au réseau routier du Nord de l’Ontario.

La patrouille de Kasabonika Lake

La Patrouille des Rangers canadiens de Kasabonika Lake a été mise sur pied en 2009 et compte actuellement 48 membres.

Kasabonika Lake est une communauté de la Première Nation oji-cri de 900 habitants qui se situe par 53° 31' 29" de latitude nord et 88° 38' 35" de longitude ouest, soit 517 km au nord de Sioux Lookout (Ontario).

Kasabonika Lake est accessible uniquement par avion; aucune route ne s’y rend. La communauté fait partie du Conseil des Premières Nations de Shibogama et de la Nation nishnawbe-aski. Le Traité no 9 inclut la réserve de Kasabonika Lake. La communauté a déménagé à son emplacement actuel en 1962. Le plein statut de réserve a été obtenu le 13 janvier 1976, lors de la séparation officielle. Auparavant, la Première Nation de Kasabonika Lake était une communauté satellite de la bande du lac Big Trout.

La patrouille de Sandy Lake

La Patrouille des Rangers canadiens de Sandy Lake a été mise sur pied en 1995 et compte actuellement 30 membres.

Une population de 2 450 habitants réside à Sandy Lake, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. La région se situe par 53° 04' 26" de latitude nord et 93° 19' 33" de longitude ouest, soit 500 km au nord-ouest de Thunder Bay (Ontario).

Sandy Lake est une communauté de la Première Nation oji-cri établie dans cette région depuis des siècles. Les habitants du village perpétuent les traditions de leurs ancêtres chasseurs-cueilleurs en vivant des produits de la terre. Bon nombre se nourrissent encore régulièrement de gibier.

Sandy Lake est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois durant la saison froide. De la fin janvier à la fin mars, une « route d’hiver » relie la communauté au réseau routier du Nord de l’Ontario. 

La patrouille de Kashechewan

La Patrouille des Rangers canadiens de Kashechewan a été mise sur pied en 2001 et compte actuellement 26 membres.

Une population de 1 200 habitants demeure à Kashechewan, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. La région se situe par 52° 15' 29" de latitude nord et 81° 39' 08" de longitude ouest, soit 10 km à l’ouest de la baie James, sur la rive nord de la rivière Albany. Kashechewan est une communauté mushkego ou cri Omushkego de la baie James. Diverses espèces de gibier, gros et petit, vivent sur ce territoire, ce qui permet à la population locale de perpétuer la tradition et de vivre de la chasse et du trappage.

Kashechewan est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois. Durant la saison froide, une « route d’hiver » relie la communauté aux autres villages de la côte de la baie James

La patrouille de North Caribou

La patrouille de North Caribou Lake a été formée en 2012 et compte 18 Rangers canadiens.

La Première Nation North Caribou Lake est une communauté oji-cri avec une population de 928 habitants (en date de janvier 2008). Elle fait partie du District de Kenora au Nord de l’Ontario et est située à environ 320 kilomètres aériens au nord de Sioux Lookout (latitude 52 47 56.4 N, longitude 90 44 20.4 W). La Première Nation North Caribou Lake est membre du conseil de la Première Nation Windigo et de la nation Nishnawbe-Aski et on peut s’y rendre toute l’année par voie aérienne seulement.

Bien que North Caribou Lake soit le nom officiel de la communauté, celle-ci est située à Weagamow Lake, et est aussi connue sous le nom de Première Nation Weagamow ou Round Lake, qui est la traduction littérale du mot oji-cri Wiyaagamaa.

La patrouille de Kingfisher Lake

La Patrouille des Rangers canadiens de Kingfisher Lake a été mise sur pied en 2010 et compte actuellement 30 membres.

Kingfisher Lake est une communauté oji-cri de 500 habitants. Elle se situe par 53° 00' 45" de latitude nord et 89° 51' 19" de longitude ouest, au nord de Sioux Lookout (Ontario). La région de Kingfisher Lake est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois durant la saison froide. De la fin janvier à la fin mars, une « route d’hiver » relie la communauté au réseau routier du Nord de l’Ontario.

En 1808, la Compagnie de la Baie d’Hudson a établi un poste éloigné à Big Beaver House, situé à environ 12 km au sud-ouest de la réserve actuelle de Kingfisher Lake. Les habitants de Kingfisher Lake se rendaient fréquemment à Big Beaver House afin de faire la traite des fourrures et de prendre part à d’autres activités communautaires. 

La patrouille de Wapekeka

Wapekeka, un détachement de la patrouille Kitchenuhmaykoosib, a été formé en 2011 et compte 5 Rangers.

La Première Nation Wapekeka compte deux réserves et deux addendas ajoutés en 1996 et en 1997. Les réserves de la Première Nation Wapekeka sont situées à 26 kilomètres (16 miles) au nord-est de Big Trout Lake et à 451 kilomètres (282 miles) au nord-est de Sioux Lookout. La latitude et la longitude de la réserve est 53 N49' et 89 W22'. Elle s’étend sur 5 566 hectares (23 miles carrés) auxquels se sont ajoutés 44 hectares en 1996 et 1997 et une déclaration de 20 miles carrés de plus. La réserve est accessible toute l’année depuis que le ministère des Transports à fait construire une bande d’atterrissage de 1070 mètres sur 30 mètres en 1991.

La communauté de Wapekeka compte une population de 363 habitants. On y parle principalement l’oji-cri, un dialecte composé de la langue saulteuse et du cri. À l’instar de la plupart des communautés du Nord, les plus jeunes ainsi qu’une partie des résidants plus âgés parlent l’anglais couramment comme deuxième langue.

La patrouille de Kitchenuhmaykoosib

La Patrouille des Rangers canadiens de Kitchenuhmaykoosib a été mise sur pied en 2001 et compte actuellement 26 membres.

Une population de 1 325 habitants demeure à Kitchenuhmaykoosib, également appelé Big Trout Lake ou KI, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. Kitchenuhmaykoosib est une communauté de la Première Nation oji-cri qui se situe par 23° 82' 03" de latitude nord et 89° 70' 03" de longitude ouest, soit 580 km au nord de Thunder Bay (Ontario), aux abords du Big Trout Lake.

Diverses espèces de gibier, gros et petit, vivent sur le territoire de Kitchenuhmaykoosib, ce qui permet à la population locale de perpétuer la tradition et de vivre de la chasse et du trappage. KI est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois durant la saison froide. De la fin janvier à la fin mars, une route d’hiver relie la communauté au réseau routier du Nord de l’Ontario.

La patrouille de Webequie

La Patrouille des Rangers canadiens de Webequie a été mise sur pied en 2002 et compte actuellement 29 membres.

Une population de 450 habitants réside à Webequie, dans le district de Kenora du Nord de l’Ontario. La région se situe par 52° 59' 06" de latitude nord et 87° 16' 56" de longitude ouest, soit environ 540 km au nord de Thunder Bay (Ontario).

Webequie est une communauté ojibway. Les habitants du village perpétuent les traditions de leurs ancêtres chasseurs-cueilleurs en vivant des produits de la terre. Bon nombre se nourrissent encore régulièrement de gibier.

Webequie est accessible uniquement par avion à l’exception de quelques mois durant la saison froide. De la fin janvier à la fin mars, une « route d’hiver » relie la communauté au réseau routier du Nord de l’Ontario. 

La patrouille de Lac Seul

La patrouille de Lac Seul a été créée en 2011 et son effectif actuel est de 28 Rangers canadiens. Leurs responsabilités comprennent notamment la tenue de patrouilles d'affirmation de la souveraineté, la participation à des opérations nationales et le soutien au Groupe-compagnie d'intervention dans l'Arctique.

Lac Seul est une communauté Ojibway dont la population totale est d'environ 800 personnes. La communauté est répartie dans trois agglomérations distinctes : Kejick Bay, Whitefish Bay et Frenchmen's Head. C'est dans cette dernière, Frenchmen's Head, que se trouve le principal bureau du conseil de bande. Les services policiers de Lac Seul sont situés à 50° 14' 42" de latitude nord et à 92° 19' 41" de longitude ouest, soit environ 40 km au nord-ouest de Sioux Lookout.

La réserve de Lac Seul est la plus ancienne réserve du district de Sioux Lookout de l'AINC. Le lac constitue la principale voie de transport, en plus d'être une importante source de nourriture. En 1929, Ontario Hydro a construit un barrage à Ear Falls afin de produire de l'hydroélectricité. Le lac de Lac Seul a été inondé et depuis ce temps le barrage d'Ear Falls contrôle le niveau du lac. Suite à l'inondation, le secteur connu sous le nom de Kejick Bay est devenu une île, séparée de manière permanente du territoire terrestre et divisant la communauté en deux. La communauté de Whitefish Bay est située dans la partie terrestre.

La patrouille Première Nation du lac Wunnumin

La Première Nation du lac Wunnumin est un détachement de la patouille du lac Kingfisher situé dans le District de Sioux Lookout à la latitude 53 N et la longitude 89 O, à 360 kilomètres au nord-est de Sioux Lookout. Le détachement a ouvert ses portes en 2011 et compte 9 Rangers canadiens.

La réserve du lac Wunnumin est divisée en deux sections réparties sur des terres attribuées. Les terres habitées comptent 5 855 hectares (22.61 miles carrés) et les terres inhabitées qui elles, comptent 3 797 hectares (14.66 miles carrées), sont situées à plusieurs kilomètres à l’est, sur la côte sud du lac Wunnumin. La bande du lac Wunnumin comptent 489 membres actuellement. La langue maternelle du peuple est l’oji-cri, un dialecte composé de la langue saulteuse et du cri. On estime que plus de la moitié de la population parle l’anglais, mais la langue maternelle est établie de façon permanente dans la communauté.

Le lac Wunnumin est accessible par voie aérienne principalement, mais on peut également s’y rendre en empruntant des routes d’hiver ou des voies navigables à certaines périodes de l’année.

Le lac Wunnumin et ses environs comportent une faune, une vie aquatique et une végétation forestière très diversifiées. Les habitants tirent profit de ces ressources tant sur plan personnel que commercial.

Date de modification :