32e Régiment du génie de combat - Histoire

Notre histoire

L’ordonnance numéro 1 de la milice, en date du 14 janvier 1876, autorisait la formation de la Toronto Engineer Company. Le nom de la compagnie a changé en octobre de la même année pour devenir 2nd Military District Engineer Company. L’effectif établi de la compagnie était de 5 officiers et soixante-dix militaires du rang.

Le premier commandant de la compagnie a été le Lieutenant-colonel Thomas Clarkson Scoble. Ne pouvant compter sur aucune dotation de matériel du génie ni sur le soutien d’instructeurs formés, le lieutenant-colonel faisait face à tout un défi. Il a réussi à trouver un sous-officier (s/off) des Royal Engineers à la retraite qui vivait à Toronto et à le persuader de devenir le sous-officier chargé de l’instruction au sein de sa compagnie du génie, puis a payé de sa poche les approvisionnements et le matériel nécessaires pour former ses hommes comme sapeurs.

Les membres du régiment sont des innovateurs depuis longtemps. En 1909, les Lieutenants J.A.D. « Jack » McCurdy et Frederick W. « Casey » Baldwin ont effectué le premier vol motorisé au Canada à bord du « Silver Dart » à Baddeck (Nouvelle-Écosse) et ont ensuite organisé la première démonstration d’un aéronef militaire à Petawawa (Ontario), plus tard la même année. Le domicile actuel du régiment, près du terrain d’aviation de Downsview, est un lieu approprié pour les héritiers de ces pionniers exceptionnels de l’aviation de l’armée, car c’est à cet endroit qu’était établi le légendaire avionneur A.V. Roe (AVRO) et où se trouve maintenant Bombardier Canada.

Le 32e Régiment du génie de combat poursuit la tradition du 2e Corps du génie divisionnaire de la Première Guerre mondiale. Des sapeurs du régiment ont aussi été déployés outre-mer en 1918 comme éléments clés du contingent canadien de 4 000 hommes envoyé pour ouvrir un nouveau front en Sibérie.

Déployé à nouveau durant la Seconde Guerre mondiale au sein du 2e Corps du génie divisionnaire, le régiment a pris part au controversé et meurtrier raid de Dieppe en 1942. Par la suite, après le débarquement du jour J en Normandie, les compagnies du régiment se sont distinguées au combat partout au cours de la campagne d’Europe.

Après la guerre, l’unité a été renommée 2e Régiment du génie (M) et c’est sous ce nom qu’elle a été appelée en service, en 1954, pour fournir des secours en cas de catastrophe et de l’aide à la région métropolitaine de Toronto après l’ouragan Hazel. Trente ans plus tard, le 2 RG est devenu la seule et unique unité à recevoir le droit de cité dans les six villes et l’arrondissement qui constituent maintenant la communauté métropolitaine de Toronto.

Le 23 novembre 2006, par décret de l’honorable Gordon O’Connor, ministre de la Défense nationale, le 2e Régiment du génie est devenu le 32e Régiment du génie de combat.

Plus d'histoire sur le 32e Régiment du génie de combat peut être trouvé sur le site Internet Histoire et patrimoine.

Date de modification :