32e Régiment des transmissions - Histoire

Notre histoire

La première composante du Régiment a été mise sur pied à Toronto, en 1907 – la 2nd Signalling Company du tout nouveau Signalling Corps, une composante du district no 2 de la Milice. La Compagnie a utilisé des sémaphores, des héliographes et des lampes. Les membres du Génie canadien étaient toujours responsables de la construction des lignes de télégraphe et de téléphone. Cependant, la 2nd Signalling Company comptait également un détachement au sein de la 2nd Engineer Company de Toronto. En 1911, la Compagnie a pris le nom de No. 2 Signal Company.

En août 1914, au déclenchement de la Première Guerre mondiale, 36 officiers et spécialistes des transmissions de la No. 2 Signal Company se sont rendus à Valcartier, au Québec, pour faire partie de la 1st Canadian Divisional Signal Company. Durant la guerre, le téléphone, le télégraphe, les estafettes et les pigeons sont devenus les moyens normalisés de transmission de messages dans le champ de bataille. Dans certains cas, des radios étaient également disponibles. Des membres de notre Régiment, aux côtés de centaines d’autres spécialistes des transmissions, membres du Génie et guides ont servi au sein de différentes compagnies du Canadian Corps Signal Service au cours des grandes et terribles batailles entre 1915 et 1918. Toutes les unités du Canadian Corps Signal Service ont été démobilisées et dissoutes à Toronto durant l’année 1919.

En 1920, les compagnies du Canadian Signal Corps d’avant-guerre ont été réorganisées en bataillons, et les spécialistes des téléphones et des télégraphes du Génie canadien ont été affectés dans de nouvelles unités des transmissions. La No. 2 Signal Company, de même que la No. 14 Signal Company à Hamilton, ont été fusionnées pour former le 2nd Signal Battalion, dont le quartier général était situé à Toronto. Cette nouvelle unité a prospéré au cours des deux décennies suivantes. Elle a déménagé dans un manège militaire situé au 185, Spadina Avenue, à Toronto, en 1924, a fondé un corps de trompette en 1926, s’est jointe à la Canadian Signals Association et a remporté le trophée Malloch en 1930, en 1932 et en 1934. À l’été 1936, notre Régiment a dirigé le plus important groupe d’instruction d’été composé de formations des transmissions jamais réuni au Camp Borden, et le terme « royal » a été accordé aux corps des transmissions de la milice. En 1939, lorsque la Deuxième Guerre mondiale a éclaté, le Royal Canadian Corps of Signals était sans aucun doute l’élément le mieux préparé de l’Armée canadienne, et les spécialistes des transmissions ont été les premiers militaires de Toronto et de Hamilton à être mobilisés pour la deuxième fois en vue d’une guerre. De 1939 à 1945, des membres de notre Régiment ont servi dans l’ensemble des unités des transmissions au sein de la première armée canadienne en Grande‑Bretagne, en Italie, en France, au Nord-Ouest de l’Europe et ailleurs.

Durant la seconde moitié du 20e siècle, notre Régiment a fait l’objet de nombreuses réorganisations successives, en particulier la fusion du 2nd Signal Regiment et du 8th Signal Regiment pour former le Toronto Signal Regiment en 1964. Cette unité est déménagée au manège militaire de Fort York en 1966 et a pris le nom de 709e Régiment des communications (Toronto) dans le cadre de l’unification des Forces canadiennes en 1970. Le corps de trompettes a été dissout au sein des Forces canadiennes en 1970, mais a continué d’exister en tant que groupe civil et depuis, il participe toujours aux défilés aux côtés des membres de notre Régiment à titre de musique de service. En 1962, le Service féminin de l’Armée canadienne a mis sur pied un centre de classement au Camp Borden. Après une décennie de réorganisations, cette unité est devenue le 700e Escadron des communications (Borden) en 1974. Au cours des trois décennies suivantes, des spécialistes des transmissions du 709e Régiment et du 700e Escadron ont servi leur pays en participant à des missions à Chypre, en Égypte, en Allemagne, en Iran et en Irak, en République centrafricaine, dans le golfe persique, en Croatie, en Bosnie, à Haïti, sur le plateau du Golan, en Afghanistan et au Canada.

En 2011, on a fusionné le 709e Régiment des communications (Toronto) et le 700e Escadron des communications (Borden) pour former le 32e Régiment des transmissions. Les spécialistes des transmissions du 32e Régiment des transmissions poursuivent une longue et glorieuse histoire, héritée du Canadian Signalling Corps, du Canadian Corps Signal Service, du Service féminin de l’Armée canadienne, de la Branche des communications et de l’électronique ainsi que du Corps des transmissions royal du Canada, qui perdure depuis plus de cent ans

Le 32e Régiment des transmissions assure la continuité des unités historiques suivantes :

  • 2nd Signalling Company, Signalling Corps : 1907-1911 (Toronto)
  • No. 2 Signal Company, C.S.C. : 1911-1920 (Toronto et St. Catharines)
  • 2nd Signal Battalion, C.C.S. : 1920-1929 (Toronto et Hamilton)
  • 2nd Divisional Signals, R.C.C.S. : 1929-1947 (Toronto)
  • 2nd (Armoured) Divisional Signal Regiment, R.C.C.S. : 1947-1954 (Toronto et Newmarket)
  • 2nd Signal Regiment, R.C.C.S. : 1954-1965 (Toronto)
  • 8th Divisional Signals, C.C.S. : 1929-1936 (Hamilton)
  • “A” Corps Signals, R.C.C.S. : 1936-1948 (Toronto et Hamilton)
  • I Corps H.Q. Signal Regiment, R.C.C.S. : 1948-1950 (Toronto et Hamilton)
  • 8th Signal Regiment, R.C.C.S. : 1950-1965 (Toronto)
  • Toronto Signal Regiment, R.C.C.S. : 1965-1970 (Toronto et Borden)
  • 709e Régiment des communications (Toronto) : 1970-2011
  • Centre de classement Service féminin de l’Armée canadienne : 1962-1969 (Borden)
  • Régiment des transmissions de Toronto/709e Régiment des communications (Toronto) – Détachement Borden : 1969-1974
  • 700e Escadron des communications (Borden) : 1974-2011
Date de modification :