48th Highlanders of Canada - Histoire

Notre histoire

En 1891, des hommes se réunirent à Toronto dans le but de former le premier régiment Highland de la ville. Le ministère de la Milice désigna le régiment par le numéro « 48 » et le mot « Highlanders »; peu après, le Lieutenant-colonel John Irvine Davidson prit le commandement du tout nouveau régiment baptisé 48th Highlanders of Canada.

Le nom du régiment apparut dans la Gazette du Canada le 16 octobre 1891 et l’unité commença à s’entraîner à l’Upper Canada College. Le régiment défila pour la première fois le 21 avril 1892 et fut chaudement salué par de très nombreux Torontois. Cette même année, le jour de la fête de la Reine, le régiment reçut ses premiers drapeaux des mains de Son Excellence Lord Stanley of Preston, gouverneur général du Canada.

En 1899, le régiment était devenu un groupe de soldats efficaces et enthousiastes. Ce fut pendant cette période que de nombreux Highlanders connurent leurs premiers combats outre-mer, comme volontaires au sein du premier contingent canadien lors de la guerre des Boers. Assez de ses membres combattirent pour que le régiment reçoive sa première inscription au drapeau : « South Africa 1899-1900 ».

Pendant la Première Guerre mondiale, le régiment leva trois bataillons pour le Corps expéditionnaire canadien, soit les 15e, 92e et 134e. Entre son baptême du feu, lors de la deuxième bataille d’Ypres en avril 1915 et la fin de la guerre, le régiment reçut 21 inscriptions au drapeau.

Au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le régiment fut de nouveau appelé en service actif. Au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le régiment fut de nouveau appelé en service actif. Un bataillon fut rapidement levé et expédié outre-mer au sein de la 1re Brigade pour prendre part à la défense de la France. Après avoir quitté le continent européen, le régiment adopta des positions défensives en Angleterre et commença à s’entraîner en prévision de la libération de l’Europe. Au cours de l’été 1943, le 48 th Highlanders et le reste de la 1re Division du Canada furent attachés à la 8e armée britannique en vue de l’invasion de la Sicile.

Le régiment combattit dans l’île ainsi qu’en Italie, en remontant vers le nord, et il se distingua lors de batailles comme Assoro, Ortona, la ligne Hitler (porte d’entrée de Rome) et la ligne gothique. En mars 1945, le régiment fut retiré d’Italie et envoyé au nord pour aider à libérer la Hollande et le nord-ouest de l’Europe. En reconnaissance de son service distingué pendant la guerre, le régiment reçut 27 inscriptions supplémentaires au drapeau, pour un total de 49 inscriptions, soit le nombre le plus élevé jamais attribué à un régiment non amalgamé de l’Armée canadienne.

Pendant les années 50, plus de 70 membres du régiment ont servi outre-mer au sein d’unités de la Force régulière pendant la guerre de Corée. Plusieurs centaines d’autres ont servi dans les forces de l’OTAN en Allemagne pendant la guerre froide. Au pays, le 48th Highlanders a contribué à la sécurité lors des visites de Sa Majesté la Reine à Toronto, en 1984 et en 1997; chaque année, le Corps des cornemuses du 48th Highlanders joue au match inaugural des Maple Leafs de Toronto. Des centaines de soldats sont venus en aide à la population lors des inondations de 1997 au Manitoba et de la tempête de verglas de 1998. En reconnaissance de son engagement permanent envers la communauté, au Canada comme à l’étranger, le régiment a droit de cité à Toronto.

Depuis la fin de la guerre froide, le 48th Highlanders a participé activement à de nombreuses opérations à l’étranger. Il a participé à des missions de l’OTAN et de l’ONU à Chypre, en Somalie, sur le plateau du Golan, au Cambodge, en Bosnie, en Croatie et au Kosovo. Plus récemment, le 48th Highlanders a combattu au sein de la Force internationale d’assistance à la sécurité, sous le commandement de l’OTAN, en Afghanistan.

Conformément à leur devise, il demeure Dileas Gu Brath — « Toujours fidèle ».

Plus d'histoire sur 48th Highlanders of Canada peut être trouvé sur le site Internet Histoire et patrimoine.

Date de modification :