The Lincoln and Welland Regiment - Histoire

Notre histoire

L’histoire du Régiment remonte à la mise sur pied du régiment des Rangers de Butler, le 15 septembre 1777. Le lieutenant-colonel John Butler, officier de la milice coloniale de New York et du ministère britannique des indiens, est un loyaliste originaire de la vallée de la Mohawk dans l’État de New York. Il convainc Sir Guy Carleton, gouverneur du Canada, de mettre en place une unité de Rangers pour défendre les frontières aux côtés des Amérindiens. Il réussit à former 10 compagnies et à réunir 900 officiers et militaires du rang, dont le quartier général se trouve au Fort Niagara. Les Rangers de Butler combattent aux frontières de l’État de New York, de la Pennsylvanie, du New Jersey, de la Virginie-Occidentale, de l’Ohio et du Kentucky avant d’être réduits à néant le 24 juin 1784. En 1794, après plusieurs réorganisations, le Colonel Butler et la plupart des anciens Rangers créent la milice de Lincoln dans la région du Niagara.

Lors du déclenchement de la guerre de 1812, la milice de Lincoln est structurée en cinq régiments. Des éléments de chacun de ces régiments participent aux principaux combats qui se déroulent entre Niagara et Détroit, dont la bataille de Queenston Heights, le 13 octobre 1812. Lors de cette bataille, un soldat de la 2e ‘Milice de Lincoln réussit à s’emparer d’un drapeau régimentaire américain, un fait unique dans l’histoire de l’Armée canadienne.

Pendant la rébellion de 1837, des unités de la milice de Lincoln sont appelées à réprimer le soulèvement des rebelles dans la péninsule du Niagara, et la 2e Milice de Lincoln est appelée à prendre du service à Toronto. En 1838, cette dernière mène des marches à l’ennemi dans les environs de Short Hills pour y étouffer la rébellion. Près de trois décennies plus tard, en 1866, d’importants éléments de la Milice de Lincoln sont mobilisés pour repousser les invasions des féniens.

Par la suite, entre 1866 et 1914, plusieurs changements d’appellation et réorganisations surviennent. En 1914, le 19e Régiment de Lincoln a son quartier général à St. Catharines et le 44e Régiment de Lincoln et Welland a le sien à Niagara Falls. Chaque unité est composée de huit compagnies. Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, ces deux unités fournissent beaucoup d’hommes aux forces de campagne du canal Welland et au Corps expéditionnaire canadien. Des actes de bravoure outre-mer font en sorte que des membres du régiment sont récompensés par de nombreuses inscriptions au drapeau et distinctions méritées au combat, dont une Croix de Victoria.

Le 15 décembre 1936, les deux unités, alors appelées Régiment de Lincoln et Régiment de Lincoln et Welland, sont réorganisées sous le nom de Lincoln and Welland Regiment. Ses effectifs comptent alors 467 hommes de tous les grades.

À la veille du début de la Seconde Guerre mondiale, le Régiment est mobilisé et affecté à la garde du canal maritime de Welland ainsi que de diverses centrales hydroélectriques. Il est démobilisé en 1939; 500 hommes s’engagent alors immédiatement comme volontaire dans des unités de Toronto. En juin 1940, le 1er Bataillon, Lincoln and Welland Regiment, est mobilisé pour le service actif tandis que le 2e Bataillon demeure en réserve.

Le 1er Bataillon arrive au Royaume-Uni en juillet 1943 et livre, le 31 juillet 1944, ses premiers combats à Tilly­la­Campagne en France. Il participe à des combats en France, aux Pays­Bas, en Belgique et en Allemagne. Le Bataillon reçoit les ordres de mettre fin à toute opération offensive et de cesser toute activité sur la position alors qu’il n’est pas en contact avec l’ennemi près de Bad Zwischenahn en Allemagne. La guerre prend fin officiellement trois jours plus tard. Le Régiment a subi une perte de 1 500 hommes et de ceux qui s’étaient enrôlés à l’origine en 1940, seuls trois officiers et 22 soldats ont participé à la parade du Bataillon à St. Catharines en 1946, au moment de sa dissolution.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Régiment s’occupe de moult tâches qui échoient à la Réserve de l’Armée de terre en temps de paix dont, des prises d’armes et des gardes d’honneur. Les plus remarquables sont celles qui se sont déroulées durant les visites de Son Altesse Royale la princesse Elizabeth et de Son Altesse Royale le prince Philip à Niagara Falls en 1951, et de Sa Majesté la reine Elizabeth, Reine Mère, à Niagara­on-the-Lake en 1981. Plus récemment en 2003, Son Altesse Royale le prince Edward a également visité Niagara­on­the­Lake.

Durant la tempête de 1977 dans la péninsule de Niagara, le Régiment est mobilisé pour la première fois depuis la fin de la guerre afin de prêter main-forte aux autorités civiles. Il vient à la rescousse de plus de 1 500 enfants en détresse dans les écoles et apporte son aide à d’innombrables habitants lors de cette situation d’urgence. En reconnaissance de cette aide, le Régiment a reçu une motion de remerciements de la Chambre des communes. Le Régiment fournira également des volontaires pour prêter main-forte durant les inondations de 1996 au Manitoba et la tempête de verglas de 1998 en Ontario et au Québec.

Aujourd’hui, le Régiment continue de former de jeunes soldats à l’art de la guerre, et bon nombre d’entre eux ont gravi les échelons au sein du Régiment. Beaucoup de ces soldats sont envoyés en missions outre-mer, où leur vie est mise en danger, au sein des forces de l’OTAN en Europe et des forces de maintien de la paix en Égypte, à Chypre, en Namibie, en Bosnie, en Yougoslavie, en Somalie, au Cambodge, au Moyen-Orient et au Congo. Dernièrement, des membres du Régiment ont été envoyés en Afghanistan pour y mener des opérations.

Sa devise, NON NOBIS SED PATRIÆ, illustre son service en temps de paix comme de guerre.

Plus d'histoire sur The Lincoln and Welland Regiment peut être trouvé sur le site Internet Histoire et patrimoine.

Date de modification :