ARCHIVÉE - Exercice END TRAILS

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article / Le 3 juin 2015

Par le Cpl Anya Kreynes

La 6e Compagnie du renseignement a récemment organisé son deuxième exercice annuel END TRAILS, une épreuve d’orientation qui s’est déroulée le 16 mai 2015 à Squamish, en Colombie-Britannique. Des membres de la 6e Compagnie du renseignement ainsi que des équipes d’autres unités de la région des basses-terres continentales de la Colombie-Britannique y ont pris part.

Il s’agissait d’une épreuve où des équipes de trois ou quatre militaires devaient s’orienter sur une distance de 16,5 km dans un terrain sauvage et difficile de Squamish, dans le but d’évaluer leur condition physique, leur endurance, leur esprit d’équipe et leurs aptitudes en matière de renseignement. L’exercice était fondé sur des éléments de la compétition de reconnaissance de l’Armée allemande, appelée la coupe Boeselager, en plus d’intégrer des composantes clés d’un exercice de renseignement habituel.

Les participants devaient s’orienter dans un réseau de sentiers avec des cartes et des compas, en plus d’utiliser des marqueurs de pistes avec des symboles cartographiques de l’OTAN. Ils devaient traverser une série de points de contrôle, tout en recueillant de l’information sur les activités de l’ennemi dans le secteur, jusqu’au point d’extraction.

La mission consistait à évaluer la situation de l’ennemi, en fonction de la présence d’équipement et de troupes (indiquée sur les cartes tout au long du parcours), puis à donner un briefing en indiquant l’emplacement de ces troupes et de cet équipement et en évaluant les plans d’action possibles.

Les équipes – à qui l’on avait remis un compas et un petit bout de carte menant jusqu’au premier point de contrôle – ont été déposées au début du sentier,  à intervalle de 5 minutes. Elles se sont immédiatement retrouvées devant un terrain abrupt dans une épaisse forêt sillonnée d’étroits sentiers qui s’entrecroisaient et se divisaient vers plusieurs directions.

Les points de contrôle permettaient aux participants de reprendre leur souffle, tout en mettant leur cerveau au défi : des membres désignés devaient réussir un test de reconnaissance d’équipement tandis que les autres devaient obtenir l’information nécessaire pour le prochain segment du parcours. Le dernier morceau du casse-tête, révélant l’endroit exact du point d’extraction, se trouvait au dernier point de contrôle.

Pour l’obtenir, les participants devaient gravir une colline en transportant un jerrycan rempli d’eau et verser son contenu au sommet afin de trouver l’indice à l’intérieur. Après avoir grimpé la colline abrupte et sablonneuse, les équipes devaient faire fi de la fatigue extrême et puiser dans tout ce qu’il leur restait d’endurance mentale pour déchiffrer le dernier code menant à la ligne d’arrivée.

Celle-ci se trouvait sur la résidence privée de l’un des organisateurs, ayant généreusement proposé sa cour arrière comme point d’extraction, puisqu’elle se trouvait à proximité du dernier point de contrôle. Chaque épreuve le long du parcours exigeait une grande coordination et cohésion d’équipe, de même que l’application des aptitudes individuelles de chacun en vue de la réussite de la mission.

Après avoir repris notre souffle et récupéré, nous nous sommes remis au travail : nous avions 15 minutes pour compiler l’information recueillie, cartographier les positions de l’ennemi et donner un briefing au commandant. L’exercice a pris fin une fois toutes les équipes arrivées et tous les briefings préparés. La soirée s’est terminée à la légion locale, autour d’un souper et de quelques verres, où les participants ont eu l’occasion de socialiser.

Cet exercice réunissait des membres des 4e, 5e et 6e Pelotons, 6e Compagnie du renseignement, de Vancouver, de Winnipeg et d’Edmonton. Parmi les autres unités présentes, mentionnons le 39e Régiment des transmissions, la 12e Ambulance de campagne (Vancouver), le 15e Régiment d’artillerie de campagne et le Seaforth Highlanders of Canada. Au total, 8 équipes y ont pris part.

Exceptionnellement, les nouvelles recrues pouvaient participer au même titre que les soldats qualifiés, ce qui leur a donné un excellent premier aperçu de la vie militaire. L’annonce de l’équipe gagnante s’est faite après le souper. Ce sont les « Racks and Sacks » du 4e Peloton, 6e Compagnie du renseignement, composés du Cpl Devin Ramos, du Cplc Naz Hadavand-Morzaie, du Sdt Brian Spencer et du Cpl Anna Kreynes, qui ont été proclamés vainqueurs.

Nous tenons à remercier tout particulièrement l’Adj Russell Robertson, adj PSFR du 4e Peloton, 6e Compagnie du renseignement, pour les innombrables heures qu’il a consacrées à la conception et à l’organisation de l’exercice, inspiré de sa participation à la coupe Boeselager en 1994. Nous sommes également très reconnaissants envers tout le personnel de soutien qui a aidé à aménager les sentiers et occupé les points de contrôle le long du parcours.

Enfin mais surtout, merci à la filiale no 277 de la Légion royale canadienne à Squamish, en Colombie-Britannique, pour son hospitalité et pour le souper. L’Exercice END TRAILS sert à évaluer l’esprit d’équipe, les aptitudes professionnelles et la condition physique, qui sont les pierres angulaires du travail de tout soldat. Il s’agit d’une activité gratifiante et mémorable qui, nous le souhaitons, deviendra une tradition durable.

Date de modification :