Les yeux dans le ciel à l’exercice ARCTIC BISON 2017

Galerie d'images

Article / Le 6 avril 2017 / Numéro de projet : w-ar-17-eye-in-the-sky-ex-bison

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par le caporal Natasha Tersigni, Affaires publiques du 38e Groupe-brigade du Canada

C’est une occasion qui ne se présente qu’une seule fois par année pour les réservistes de l’Armée canadienne (AC) – renforcer leur instruction à l’aide d’un Twin Otter CC-138 durant l’exercice ARCTIC BISON 2017 (Ex AB17).

Durant l’Ex AB17, les membres du 440e Escadron de transport « Vampire » de Yellowknife de l’Aviation royale canadienne ont apporté leur avion et leur équipage à Gimli afin de participer à l’exercice hivernal biannuel. Cette expérience unique a permis aux militaires au sol d’apprendre comment ils peuvent être appuyés par l’avion et de connaître les capacités logistiques qu’il peut fournir lors d’une opération nationale.

Le Twin Otter est un avion hautement adaptable utilisé par les Forces armées canadiennes (FAC) pour mener des opérations dans le Nord. En plus de servir lors de missions de recherche et sauvetage, l’avion est également utilisé pour le transport et le soutien logistique. Grâce à sa capacité d’atterrir sur skis en hiver et au fait que ses pneus sont adaptés à la toundra en été (de gros pneus à basse pression adaptés au terrain accidenté), le Twin Otter est un avion robuste qui est exploité dans les conditions météorologiques les plus rigoureuses de la planète.

Durant l’Ex AB17, le rôle de l’équipage était de fournir une aide essentielle aux troupes au sol.

« Notre rôle principal au sein des FAC est d’assurer le transport et l’approvisionnement, ce qui cadre parfaitement avec cet exercice. Le principal client du 440e Escadron est le 1er Groupe-patrouille des Rangers canadiens. Nous les transportons dans les régions du Nord afin qu’ils puissent patrouiller sur leurs traîneaux; ce qui ressemble grandement à la façon dont nous fournissons du soutien durant ces exercices d’hiver de la Brigade », a expliqué le capitaine Andrew Oakes, le commandant du Twin Otter.

Les militaires sur la glace ont aménagé une piste pour que le Twin Otter puisse atterrir dans le cadre de leur entraînement pour cet exercice, mais en raison des températures douces, le Twin Otter a eu de la difficulté à fournir tout le soutien et les tâches prévus.

« Lorsque le thermomètre affiche plus de -5 degrés Celsius, la neige devient collante et ce n’est pas l’idéal. Nous étions dans les plus durant l’exercice. Habituellement, un avion prend 2000 pieds (600 mètres) pour décoller sur la glace, il en prendra quatre à cinq fois plus lorsque les températures sont douces », a expliqué Oakes.

« Si la météo et la visibilité avaient été favorables, nous aurions idéalement pu assurer le transport aller-retour des troupes et des fournitures à leurs sites de bivouac sur le lac Winnipeg. »

Vers la fin de la semaine, les températures ont chuté aux niveaux appropriés et les militaires ont eu la chance de voir le Twin Otter en action et de constater l’avantage de ses capacités. Des reconnaissances aériennes ont permis d’avoir une vue à vol d’oiseau du lac Winnipeg, ce qui est très utilisé pour planifier un itinéraire sûr pour les troupes qui se déplacent sur la glace. Lors de la dernière journée de l’exercice, l’équipage de l’avion a effectué un entraînement avec le GCIA, soit une évacuation de blessés (CASEVAC) et un réapprovisionnement. Dans le cadre d’une opération nationale, l’atterrissage d’un avion sur le lac ferait partie intégrante du transport dans une situation d’urgence ou de voyages de réapprovisionnement de routine.

Date de modification :