Passation de commandement du 4e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens

Galerie d'images

Article / Le 9 août 2016

Capitaine Chris Poulton, officier des Affaires publiques, 4e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens

Trois mois après le bombardement de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, un groupe de citoyens inquiets habitant la vallée de la Cowichan, sur l’île de Vancouver, ont entrepris de monter la garde le long de la côte et de se préparer à la défendre en cas d’attaque japonaise. C’est cet engagement citoyen pour la défense du Canada qui a fait naître l’organisation que nous appelons aujourd’hui les Rangers canadiens.

Le 4e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (4 GPRC), basé à Colwood (C.-B.), suit les traces des Rangers de la Milice de la côte du Pacifique (RMCP) de la Seconde Guerre mondiale et poursuit leur tradition de longue date en assurant la surveillance des régions éloignées et côtières du Canada.

« Les hommes et les femmes du 4 GPRC mènent leurs opérations d’une façon très semblable aux RMCP  », explique le Lcol Russ Meades, nouveau commandant du groupe. « Ils vivent et travaillent dans les zones côtières et les terres intérieures les plus éloignées de l’Ouest canadien, et jouent un rôle crucial pour la sécurité de notre pays. »

Durant la Seconde Guerre mondiale, bon nombre des hommes de la vallée de la Cowichan ont mis le cap vers l’est pour se joindre à la Force expéditionnaire du Canada combattant en Europe, mais ceux qui sont restés sur place ont vite réalisé que la côte ouest n’était plus protégée.  

« Tout le monde était parti vers l’est pour aller combattre en Europe, et il ne restait plus personne pour défendre la côte. Nous avons donc compris que c’était à nous de le faire », explique John Motherwell, 92 ans, ancien membre des RMCP et invité d’honneur à la cérémonie de passation de commandement du 4 GPRC le 26 juin 2016. « Après Pearl Harbor, nous devions faire quelque chose. Au moins, nous allions pouvoir sonner l’alarme en cas de présence de sous-marins japonais. »

Au cours des trois années qui ont suivi et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce sont environ 15 000 volontaires qui se sont joints aux RMCP dans toute la Colombie-Britannique, assurant la surveillance et la protection de la population canadienne. Près de 75 ans plus tard, cette tradition de garde se poursuit.

Dans son discours d’ouverture lors du défilé de passation de commandement, le Lcol Russ Meades a parlé d’un avenir prometteur pour le 4 GPRC. « Nous allons nous rendre dans les régions les plus éloignées de l’Ouest canadien et prendre tout ce que la nature nous offre. » Il a également souligné l’importance du perfectionnement des jeunes Canadiens dans le cadre du programme des Rangers juniors canadiens.

Le Lcol Meades prend le commandement de l’organisation à un moment où elle est en pleine santé, robuste et viable, en grande partie grâce au dévouement du Lcol Tim Byers, commandant sortant qui a été à la tête de l’unité de 2004 à 2016.

« Grâce à ses initiatives, le lieutenant-colonel Byers a apporté un immense changement positif, non seulement pour le 4 GPRC, mais aussi à l’échelle nationale, estime le Lcol Meades. Mon travail sera de continuer de faire progresser le 4 GPRC sur le plan des capacités, de la résilience institutionnelle et de la robustesse. À cette fin, il sera important de faire le lien entre notre passé et notre avenir, alors que nous fêterons notre 75e anniversaire en 2017. »

Le 4e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens est composé de 43 patrouilles situées dans des régions éloignées partout dans l’Ouest canadien et jusqu’à l’île de Vancouver au sud. Il compte plus de 1000 Rangers canadiens à temps partiel, auxquels s’ajoutent plus de 800 Rangers juniors canadiens en apprentissage de précieuses aptitudes de vie, de valeurs traditionnelles et d’habiletés liées aux activités en plein air.

Date de modification :