The Windsor Regiment (RCAC)

Identification de l'unité

Insigne du Windsor Regiment

SEMPER PARATUS

"Toujours prêt"

Reserve de L'Armée

Graphique: Joanna Gajdicar

Joignez notre équipe

N’hésitez pas à nous téléphoner pour obtenir plus d’informations. Nous nous ferons un plaisir d’étudier votre curriculum vitae et de vous faire visiter notre unité.

Le recruteur de notre équipe

Sgt. Robert Dehetre
Téléphone : 519-254-2535, Ext. 4512
Courriel : robert.dehetre@forces.gc.ca

Ou contactez

Téléphone : 1-800-856-8488
Trouvez un centre de recrutement près de vous.

Entraînement

Soirée de rassemblement de l’unité : mardi soir, de 19 h à 22 h.

Métiers dans notre unité

Équipement

Armes :

Véhicules :

Voir la liste complète des armes et véhicules.

Qui nous sommes

Nous sommes une unité de la Réserve située dans le sud-ouest de l’Ontario. The Windsor Regiment (RCAC) est un régiment de reconnaissance de la Réserve de la Force terrestre.

The Windsor Regiment est une unité du 31e Groupe-brigade du Canada des Forces canadiennes, un élément unique des Forces canadiennes, dont le mandat consiste à accroître l’effectif militaire du Canada en fournissant des soldats des unités blindées de reconnaissance.

Avantages de l’enrôlement

Lorsque vous vous joignez à notre unité, vous recevrez une rémunération concurrentielle pour votre travail à temps partiel ou à temps plein. Vous êtes également admissible pour une formation en cours d’emploi qui pourrait vous être utile dans votre vie civile. Aussi, il y a des avantages médicaux, dentaires et éducatifs qui sont offerts aux réservistes de l’Armée.

Voici les détails :

Équipe de commandement

  • Commandant : Lieutenant-colonel N. Maroukis
  • Sergent-major : Adjudant-chef J. Micallef

Contactez-nous

The Windsor Regiment
Manège militaire Major Tilston VC/centre d’entraînement de la police
4007, rue Sandwich
Windsor, ON
N9C 1C3

Téléphone : 519-­254-­2535

Courriel :  Robert.Dehetre@forces.gc.ca

Nouvelles

Le sergent John Ta, réserviste de l’Armée

Un Canadien de première génération est fier de représenter le drapeau canadien

Thunder Bay (Ontario) — Pour le sergent John Ta, réserviste de l’Armée de Thunder Bay, le port de la feuille d’érable sur son bras gauche est un rappel de la liberté et des privilèges dont il jouit quotidiennement au Canada.
Le 16 mai 2018

L'adjudant-chef Tracy-Ann Fisher est honorée

Un sergent-major régimentaire profite d’une rare fête des Mères « à la maison » avec 40 000 étrangers

Hamilton (Ontario) — Son engagement inébranlable envers la Réserve de l’Armée a souvent compliqué la tenue des activités familiales, mais cette année l’adjudant-chef Tracy-Ann Fisher a pu célébrer la fête des Mères avec sa famille pour une rare fois.
Le 14 mai 2018

le caporal Rohringer pndant son déploiement dans le cadre de l’opération NUNALIVUT 2018

Une musicienne militaire échange son trombone pour une motoneige pendant une opération nationale

Winnipeg (Manitoba) – Peu importe le métier militaire qu’ils choisissent, chaque personne qui se joint l'Armées canadiennes (AC) est un soldat d’abord.
Le 9 mai 2018

Voir d'autres nouvelles

Notre histoire

En 1932, l’armée est réorganisée en sept divisions afin de pouvoir répondre, le cas échéant, aux besoins d’une éventuelle Force expéditionnaire du Canada (FEC). Cette réorganisation donne lieu à une importante restructuration de la Réserve de l’armée, connue alors sous le nom de Milice active non permanente (MANP). Plusieurs régiments sont soit démantelés, soit fusionnés, soit réaffectés à d’autres armes. Toutefois, on constitue une unité blindée en 1936. En effet, l’Ordonnance générale 188/36 permet la création le 15 décembre 1936, à Windsor, en Ontario, de l’un des six bataillons d’infanterie : l’Essex Regiment (chars). Ce régiment est la première unité de l’Armée canadienne à porter le béret noir, associé depuis 1924 aux soldats du Corps blindé royal de l’armée britannique (British Royal Armoured Corps). En septembre 1940, on ordonne à l’Essex Regiment (chars) de suspendre ses activités, si bien que le régiment n’a jamais été déployé en tant qu’unité. On offre aux militaires la possibilité de s’enrôler de nouveau dans le régiment comme tel ou de se joindre à une autre unité. La moitié d’entre eux retournent au sein du régiment, alors que les autres choisissent de joindre les rangs de l’escadron de commandement et des services de la 1re Brigade de chars de l’Armée canadienne, sous la direction du Brigadier FF Worthington, MC, MM. Le 27 janvier 1942, l’Essex Regiment (chars) est renommé 30th (Reserve) Reconnaissance Regiment (Essex Regiment), en conservant, entre parenthèses, le nom originel du régiment pour des « raisons sentimentales ». En 1949, le régiment prend son nom actuel : le Windsor Regiment (RCAC).

Durant les années 1950, le Windsor Regiment envoie constamment des volontaires grossir les rangs des forces combattant à la guerre de Corée. Le 25 mai 1951, le régiment s’allie à un régiment de reconnaissance de la Grande-Bretagne, les 3rd Carabineers, qui prendront le nom de Royal Scots Dragoon Guards en 1971. En 1954, le Windsor Regiment reprend son rôle de régiment blindé : il reçoit les chars d’assaut Sherman de modèle M4A2E8 et ses membres suivent un entraînement au Camp Petawawa et au Camp Meaford où ils apprennent notamment à se servir des canons et à les entretenir. En raison de l’alternance des rôles du régiment, on hésite longtemps entre les couleurs de l’infanterie et le guidon de cavalerie. Le régiment reçoit finalement le guidon des mains du Lieutenant­gouverneur de l’Ontario, W. Earl Rowe, en 1963. À partir du 1er mars 1965, le régiment reprend son rôle de reconnaissance. Au cours des années 1970, il appuie diverses opérations, notamment les Jeux olympiques à Montréal, les programmes de milice pour les étudiants, l’Op Butane menée pour porter secours aux résidents du sud­ouest de l’Ontario lors des violentes tempêtes hivernales, l’envoi d’une troupe de reconnaissance en Allemagne pour prendre part à un exercice avec le Royal Canadian Dragoons (RCD) en 1978. 

En septembre 1979, le Windsor Regiment redevient un régiment blindé et s’entraîne, en 1980 et 1981, avec le véhicule blindé Cougar, manoeuvré par une équipe de trois personnes. L’entraînement est réparti en conduite, entretien, artillerie et tactique des véhicules blindés. Bien que les Cougar soient considérés avant tout comme des véhicules d’entraînement, ils seront utilisés pendant les conflits en Bosnie­Herzégovine et en Somalie. Le régiment remporte au début des années 1990 le trophée Worthington décerné au meilleur régiment blindé et, pour la neuvième et la dixième fois, le trophée Cumberland, une preuve de la grande qualité de son entraînement. Le régiment enverra deux troupes au Cambodge et sept en Bosnie­Herzégovine pour appuyer les opérations de la Force régulière. Le régiment reprend son rôle de reconnaissance en 1997. En 2011, plus de deux douzaines de membres du régiment avaient participé aux opérations du Canada en Afghanistan.

Date de modification :